Philip Kerr - Un requiem allemand (la trilogie berlinoise Tome 3)

Publié le par Bambi_Slaughter

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv18879588.jpg

 

Hiver 1947, la guerre est fini depuis presque 2 ans et les allemands sont pointés du doigt par le reste du monde. A Berlin, la vie n'est pas facile. Non seulement, la ville est en ruine après les passages des bombardiers anglais, mais elle est à présent aux mains des forces alliées. La Guerre Froide s'amorce : les russes ont le pouvoir sur la partie est de la ville et du pays et les américains, les français et les anglais se partagent le pouvoir de la côte Ouest. la Ligne verte (la frontière ouest-est) se renforcent de plus en plus et les signes d'un blokus total des Russes sur Berlin s'accumule.

 

C'est dans ce contexte de crise que nous retrouvons Bernie Gunther amaigré d'une quinzaine de kilos à cause du rationnement de nourriture. Bernie est maintenant marié et a repris son activité de détective privé même si cette activité n'est plus aussi lucrative avant la guerre car nous savons que bien que Bernie ne soit pas un nazi, celui-ci a été policier dans la Kripo et a cotoyé de hauts officiers qui ont eu leur rôle à jouer pendant la guerre. Pendant la guerre, Bernie a été officier SS jusqu'au moment où celui-ci a demandé à être transféré car le travail que l'on attendait de lui ne lui convenait pas. Après un passage par le bureau des crimes de guerre, Bernie sera fait prisonnier par les russes.

 

Ainsi, pendant l'hiver 1947, alors qu'il fait très froid, que des obus explosent encore et que des immeubles s'écroulent encore, Bernie reçoit la visite d'un colonel russe : Poroshin. Celui-ci "propose" une enquête à Bernie. Son ancien collège de la Kripo Emil Becker est accusé d'avoir tué un officier américain du nom de Linden.

Pour cet ultime tome de La trilogie berlinoise, nous nous partons pour Vienne, qui contrairement à Berlin s'en sort beaucoup mieux niveau ruine. A ce propos, Bernie nous explique c'est probablement parce que les alliés avaient estimé que Vienne était une victime et non un complice du nazisme.

 

Ce dernier tome n'est pas en reste des deux autres. On ne s'ennuie pas une seconde, l'intrigue est très bonne et tient la route même si par moment, je m'y suis un peu perdu avec tous ces organismes de renseignements ^^. On retrouve avec plaisir les anciens personnages et les nouveaux sont très intéressant et enfin comme je les aime  une fin qui n'en est pas vraiment une. D'ailleurs, Requiem Allemand n'est pas la dernière enquête de Bernie et pas de doute que les autres atterriront un jour dans ma PAL.
En conclusion, La trilogie berlinoise est un excellent exemple de ce qui se fait de meilleur en matière de littérature policière et de roman noir. Un coup de coeur pour moi.

 

coup de coeur

Publié dans Polars britanniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

El JC 18/08/2010 20:40


Moi qui me le suis réservé après m'être régalé avec les deux premiers opus, je suis ravi que tu le juges aussi bon que les deux premiers tomes. J'ai maintenant hâte de retrouver Bernie !


Pickwick 18/08/2010 15:36


Tellement adoré cette trilogie (oui oui, je radote !) que j'ai directement foncé sur la suite (La mort entre autres et Une douce flamme) qui sont très réussis aussi ! Et un dernier opus devrait
sortir en 2011...