Jonathan Coe - Bienvenue au club

Publié le par Sappy

 Imaginez ! L'Angleterre des années soixante-dix, si pittoresque, si lointaine, avec ses syndicats prospères et sa mode baba cool. Une image bon enfant que viennent lézarder de sourdes menaces : tensions sociales, montée de l'extrême droite, et une guerre en Irlande du Nord qui ne veut pas dire son nom. Mais dans ces années où le pays va basculer de l'État-providence au thatchérisme et de la musique planante au punk, Benjamin, Philip, Doug et leurs amis ont bien d'autres choses en tête : s'intégrer aux cliques et aux clubs d'un lycée archaïque, oser parler aux filles, s'affirmer comme artistes en herbe, s'échapper de Birmingham l'endormie pour des aventures londoniennes... Trop innocents pour saisir les enjeux et les intrigues qui préoccupent leurs parents. Jusqu'à ce que le monde les rattrape. Dans ce roman foisonnant, qui comportera une suite, Jonathan Coe renoue avec la veine de Testament à l'anglaise, usant de tous les styles, entremêlant en virtuose récits et personnages, tirant d'une main experte tous les fils du destin, pour nous offrir à la fois une chronique adolescente tendre et drôle, un roman d'apprentissage nostalgique, et le tableau ample, grave et lucide d'un pays en pleine mutation.



Trêve de blabla, voici un petit extrait :

" - Allez Sophie, fais pas cette tête. C'est quand même une belle histoire. Il y a plein de belles choses là dedans : des amitiés, de bonnes blagues, des expériences heureuses de l'amour. Il n'y a pas que des pleurs et des grincements de dents.
[...]
- Et il y a même un happy end.
- Sauf que j'ai du mal à voir ça comme une fin.
- Mais les histoires n'ont pas de fin ! Pas vraiment. Sauf celle qu'on choisit de leur donner. Il y a tellement de fins possible ! Et tu as vraiment bien choisi la tienne. "

Je n'ai qu'un conseil à vous donner : lisez ce livre !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cynic63 18/12/2009 15:18


C'est l'un des plus grands romans que j'ai jamais lu...Un chef d'oeuvre (et il faut lire aussi le cercle fermé qui clôt le dyptique)