James Ellroy - Le dahlia noir

Publié le par Bambi_Slaughter

808404-gf.jpg

 

"Le 15 janvier 1947, dans un terrain vague de Los Angeles, est découvert le corps nu et mutilé, sectionné en deux au niveau de la taille, d'une jeune fille de 22 ans : Betty Short, surnommée "le Dahlia Noir" par un reporter à cause de son penchant à se vêtir totalement en noir. Le meurtre est resté une des énigmes les plus célèbres des annales du crime en Amérique."

 

Lors de la sortie au cinéma de l'adaptation cinématographique par Brian DePalma, attirée par la couverture et par le titre de ce roman, je l'avais acheté. Déçue par l'importance de la boxe au début et de la mise en place lente de l'intrigue, j'ai reposé le Dahlia au bout d'une centaine de pages.

4 ans plus tard et une lecture commune, ai-je bien fait de lui redonner une seconde chance ?

 

Incontestablement, oui.

 

Peut-être fallait il que je lise d'autres polars ou romans noirs où il n'y a parfois pas d'enquête du tout pour ne pas être surprise par cette introduction de 120 pages où Ellroy narre la naissance d'une amitié entre Bucky Bleichert (narrateur et ancien boxeur), Lee Blanchard (ancien boxeur et flic) et Kay Lake, officiellement la compagne de Lee.

En consacrant à Betty Short, un des ses romans, James Ellroy expie son passé, utilise l'écriture comme moyen de thérapie, de se décharger car Betty Short et la mère de James Ellroy ont le point commun d'avoir été assassinées et dont les coupables ne furent jamais retrouvées.

 

L'arrivée du Dahlia dans la vie du trio fictif n'arrive qu'un peu plus tard. Betty rappelle à Lee sa soeur tant aimé etdisparue et quant à Bucky, il en fera une affaire personnelle bien au delà d'une simple enquête de police.

 

Le Dahlia Noir fait penser à J'étais Dora Suarez de Robin Cook (l'inverse plutôt) dans la nature de la relation qui lie le narrateur avec la victime. Et tous deux sont d'excellents romans noirs dont les personnages vous hantent jusqu'à la dernière page.

 

J'ai donc très bien fait de donner à ce livre une seconde chance, Ellroy vient de gagner le droit d'avoir la suite du quatuor de Los Angeles dans ma Wish-list. 

 

Lecture commune avec : Heclea, Wilhelmina et Setsuka.

D'autres avis : El Jc et Bouh

 

challenge-100-ans-de-litterature-americaine1.jpg

 

Livre lu dans le cadre du challenge 100 ans de littérature américaine

 

Publié dans Polars américains

Commenter cet article

Tietie007 13/06/2010 12:43


Je trouve le livre bien trop confus, pour ma part !


pom' 22/04/2010 07:07


je n'ai pas trop accroche, une histoire trop macho


Pierre FAVEROLLE 18/04/2010 14:11


Quel monument à mon avis ! Je l'ai lu à sa sortie, et il m'a fait plonger dans le monde du roman noir. J'ai été tellement déçu par le film aussi. Un livre fantastique, qui peut ne pas plaire à tout
le monde par sa noirceur. Un livre de fou, indispensable. Après, on peut attaquer les oeuvres de Bruen, Crumley, Robin Cook ...


Ys 18/04/2010 10:07


C'est le premier Ellroy que j'ai lu et je l'ai beaucoup aimé. Par contre, j'ai été déçue par le film, bien moins complexe. J'ai chez moi "J'étais Dora Suarez", il faut que je le lise on dirait...


El JC 16/04/2010 09:47


Une oeuvre maitresse du Noir. Personnellement j'ai adoré.