Herr Lehmann de Sven Regener et Violetta de Pieke Biermann

Publié le par Dollmeat

Il y a quelque temps, je m'étais faite une petite liste pour se plonger dans l'atmosphère de Berlin. J'ai déjà lu Brandebourg d'Henri Porter qui m'a surtout permis de me rendre compte à quel point le pouvoir de la Stasi était étendu.
Mais, le livre ne m'avait pas tellement montré des aspects de la vie quotidienne.

51FP2JW8A4L. SS500Pour celà, je me suis plongé dans le quartier de Kreuzberg avec Herr Lehmann de Sven Regener. Septembre 1989 : Frank Lehmann va bientôt avoir 30 ans et depuis quelque temps, tous ses amis se sont mis à lui donner du Herr Lehmann.
On va suivre cet Herr Lehmann, jusqu'à son anniverssaire ( le 9 novembre et date du chute du mur) dans toutes sortes de situations : diner avec les parents à qui il a menti sur son véritable job, affrontement contre un chien, son meilleur ami artiste en proie à une dépression nerveuse, sa relation avec Katrin ...
Pas de véritable coup de coeur pour ce livre, mais un bon moment de lecture. J'ai trouvé le personnage principal très attachant, les situations sont parfois cocasses et pour finir le style est fluide et simple.
A noter que le livre a été adapté au cinéma en 2003 par Leander Haussmann.

46059100 p



Dans un autre registre, il y a aussi Violetta de Pieke Biermann Encore une fois, l'intrigue se déroule quelques mois avant la chute du mur. C'est le mois d'aout à Berlin, la chaleur est étouffante et l'orage ne semble pas arriver. Alors qu'à l'est, les évenements s'enchainent, à l'ouest, la police doit mener 2 enquêtes de front. D'un côté, des hommes se font assasiner dans leur lits et de l'autre des femmes sont étranglées et tamponnées d'une lettre sur le front.  41QE5Q0ZSFL. SS500

 Meurtres sexuel ? Possible, d'autant plus qu'il y a ce commando "JoanneLittle" qui flanque des raclées à tout homme qui ne serait pas ok avec le féminisme et même pas la version extrême.
Et puis, il y a cette Violetta, une femme mystérieuse qui photographie tout cet univers, une femme que l'on connait ou pas.
Ce livre a peut-être eu le prix  du roman policier allemand en 1991, mais je l'ai fini il y a peine quelques jours et j'en ai déjà oublié les noms des personnages et le déroulement de l'intrigue. Quant au style, on retrouve une écriture brusque, cadencée ; mais qui m'a géné à certains moments où il n'y avait aucune ponctuation. (J'ai horreur de relire plusieurs fois une phrase pour en saisir le sens).
Bref, comme on dit vite lu, vite oublié.

Commenter cet article