Dai Sijie - Balzac et la petite tailleuse chinoise

Publié le par Sappy

  « Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l'ouvrîmes silencieusement. À l'intérieur, des piles de livres s'illuminèrent sous notre torche électrique; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts: à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë... - Quel éblouissement! - Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara : Avec ces livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »



Tout compte fait d'un point de vue général, j'ai moyennement bien aimé ce livre. Mais, il aurait été plus long, je me serais trop ennuyée. Je trouve que la découverte de la valise arrive un peu tard dans l'histoire, alors que c'est quand même le thème de l'histoire. Encore plus qu'une histoire d'amour non avouée entre un jeune à réeduquer et une petite tailleuse, c'est surtout une déclaration d'amour aux livres, en général et à leurs pouvoirs. D'autant plus, là où se passe l'histoire ( la chine Maoiste avait interdit les livres, hormis ceux de science ). Néanmoins, lire ce livre peut donner envie de lire les auteurs cités dans la quatrième de couverture. Petite modif, quelques heures après avoir fini ce livre : j'ai moyennement aimé. Sans plus. Je ne garderrai pas un souvenir de ce livre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Serena 14/08/2010 00:01


Je n'ai jamais vu ce livre et vu ce que tu en dis, je ne pense pas le lire dans les prochains temps^^